Le jardin de Marqueyssac – Photo Georges Lévêque

« Ma rubrique Jardin sera consacrée au traitement du buis qui est malade depuis l’apparition ces dernières années, de la pyrale du buis et de la chenille processionnaire, de véritables fléaux des parcs et des jardins.

• Georges Lévêque, le Spécialiste Jardin du Blog a eu le privilège d’interviewer Jean Lemoussu – Jardinier-en-chef à Marqueyssac, site en Dordogne où les buis se comptent par milliers. »

• Jean Lemoussu, le Jardinier-en-chef à Marqueyssac

Jean Lemoussu – Jardinier-en-chef à Marqueyssac

– « Le buis, c’est une plante facile à cultiver ! Du moins ça l’était jusqu’à ces dernières années. Dans les jardins de Marqueyssac, ils sont devenus un véritable casse-tête. 

– Comme dans beaucoup de jardins en Europe, nos buis sont attaqués par un insecte et deux champignons. Pour les soigner, nous devons utiliser des méthodes et des produits adaptés à l’accueil des visiteurs. »

• Jean Lemoussu explique le phénomène

– «Remarqués au Royaume-Uni au milieu des années 90, deux champignons ont été mis à jour. Puis en Europe de l’Ouest et plus récemment en Amérique du Nord, ils provoquent le dépérissement des feuilles et des rameaux.

Des buis malades d’un jardin d’un particulier

– C’est le premier champignon, le « Cylindrocladium buxicola » surtout qui nous préoccupe à Marqueyssac. Cela commence par des taches noires sur les feuilles. Les feuillages touchés, tombent ensuite et des stries noires paraissent sur les jeunes tiges. »

• Jean Lemoussu poursuit

– « Nous avons observé de gros dégâts fin 2013. La maladie connue sur le site depuis 2010 était contrôlée sans être éradiquée. En octobre 2013, l’attaque très tardive dans la saison d’été a été d’une grande virulence en un espace temps très court. »

• Jean Lemoussu détaille les traitements d’éradication

Le jardin de Marqueyssac – Photo Georges Lévêque

La tendance est orientée vers les méthodes biologiques

– « Compte tenu de cette faible efficacité de la chimie, d’autres moyens ont été mis en oeuvre dans le but de renforcer les défenses naturelles des buis, dont l’application d’extraits de plantes fermentées et une fertilisation essentiellement orientée vers des apports potassiques.

– Nous avons pulvérisé une fois par mois entre avril et octobre des mélanges dosés à 20/30% de purin d’ortie, de prêle et de jus de consoude, additionnés d’un peu de savon noir. »

Le jardin de Marqueyssac – Photo Georges Lévêque

• Jean Lemoussu conclut

– « En conclusion, si les moyens de lutte existent, la complexité réside sur leur mise en application. Et si nous nous sommes plutôt bien sortis d’affaire à Marqueyssac en 2016, chaque saison nouvelle s’annonce comme une nouvelle bataille. »

• Pour découvrir les jardins de Marqueyssac : marqueyssac.com/

• Pour retrouver Georges Lévêque, Journaliste, Photographe de Jardins, allez sur : www.georgeslevequejardins.com/ et pour découvrir les expositions que Georges organise autour des jardins, visitez le site : http://georgeslevequejardins.com/expositions/

www.danslamaisondefrancoise.fr